Atelier Lulua : The Scion of Arlan [TEST]

Le printemps se faisait attendre. La météo – Pour peu qu’on ne soit pas installé dans la partie sud de notre chère France – n’enthousiasme pas. Je rentrais du « taf » et, après mon sacro-saint footing quotidien, après les tâches courantes de papa je me suis installé devant mon écran pour découvrir les nouvelles de notre groupe – le FanClubPlayStationOfficiel – Et là ! Un message m’était transmis. 

2 èmeimages

Il m’a fallu un petit moment pour me plonger dans le synopsis. En effet ma culture japonaise est dirigée vers les SEINEN, et les SHÔNEN ( En gros la baston et l’aventure de mecs ). Alors c’est quoi ? Et ça vient de qui ce jeu ? Réponse : Atelier Series (アトリエシリーズ) est une série de jeux vidéo de rôle (RPG) créée par le studio japonais Gust et KOEI TEMCO. Son thème principal est l’alchimie. Mais il y a toute une série de ATELIER. Ne connaissant pas la licence je me suis projeté, comme vous tous, vers mes sources préférées : WIKIBIDULE et GOOGLETRUC.

c'est quoi comme jeu

Je faisais donc quelques recherches sur cette série. J’étais concentré sur mon clavier. La musique du jeu tournait en boucle en arrière plan et c’était plutôt agréable à entendre. C’est frais, reposant et non agressif. Mais je me suis alors rendu compte que le jeu progressait sans moi. Intrigué je me suis retourné. Oh douce surprise ! C’était ma chère et tendre qui était assise, confortablement dans le canapé, manette à la main. Elle m’adressa un regard moqueur et me questionna sur l’origine de ce jeu à la maison. Je lui ai expliqué toute l’histoire, je lui ai aussi demandé de bien vouloir me rendre la manette afin que je puisse progresser dans ma besogne. Son regard changea alors soudainement. Il passa de moqueur et tendre à sombre et déterminé, comme une lionne avant l’attaque de sa proie. Je connaissais suffisamment ma moitié pour savoir qu’il fallait absolument désamorcer cette situation : « Veux-tu y jouer mamour ? Veux-tu continuer ? Je  noterai toutes tes remarques » Elle acquiesça en souriant. Ouf ! le couperet n’était pas passé loin. Je vous propose donc une interview de madame Effel Leps. Elle va vous parler de ce jeu.

  • Rédaction : Madame Effel Leps savez vous que ce jeu est un des épisodes d’une longue série de jeux ?
  • Madame Effel Leps : Non je ne savais pas car je ne joue jamais aux jeux vidéos. Ma seule expérience dans ce domaine remonte à Dragon Quest 8. D’ailleurs il y a beaucoup de similitudes avec ce dernier. Je pense aussi qu’il n’est pas nécessaire d’avoir joué aux épisodes précédents pour s’atteler à celui-ci. Cela ne m’a pas dérangé car c’est un jeu avec sa propre histoire. Mais cela m’a par contre donné envie de connaitre la licence.
  • R : Des similitudes avec DQ8 ? pourriez-vous nous éclairer un peu plus ? Nous expliquer pourquoi ?
  • M-E-L : Oui, déjà au tout début de l’aventure au premier combat, qui sert de didacticiel,  on doit affronter un monstre qui ressemble étrangement à un gluant (slime). D’ailleurs le déroulement du combat en lui-même est similaire à DQ8, c’est du tour par tour. On peut attaquer, se défendre et utiliser des aptitudes ou des objets qu’on a élaboré nous même grâce à l’alchimie. Par contre ce qui diffère dans les combats c’est l’alignement des personnages. Il y a une ligne avant et une ligne arrière. Il faut donc choisir judicieusement son alignement car les personnages de la ligne arrière sont d’une très grande aide, pour soigner ou attaquer encore plus fort l’ennemi tout en récupérant des points de vie.
  • R : Justement, et sans tout raconter aux futurs joueurs, pourriez-vous nous décrire quelques personnages du jeu ?
  • M-E-L : Oui bien sur. Il y a LULUA, Le personnage principal. Elle est l’incarnation parfaite d’une héroïne d’aventure traditionnelle : toujours enjouée, elle se soucie beaucoup des autres. En tant qu’héroïne elle est très déterminée et n’abandonne jamais. Elle a une certaine obsession pour le…curry et la nourriture en général. Elle est optimiste et pleine de bons sentiments.

    Rorona
    Rorona la maman de Lulua bizarrement elles semblent avoir le même âge !

    Il faut préciser que les « caractères design » correspondent à la personnalité de chacun. Eva Armster par exemple : L’amie fidèle de Lulua, nom banal, coupe banale (cheveux châtains, frange), fille timide, discrète et réservée. Cependant elle est toujours là pour supporter Lulua. Il y a aussi Christoph Aurel Arland (le beau gosse de l’histoire), grand brun, épéiste hors pair. Il y a d’autres personnages, mais je ne vais pas tout dévoiler. J’ai particulièrement apprécié Fix un prestidigitateur qui a la faculté de combattre avec un deck de cartes à jouer. Vous verrez il est surprenant et très utile.

Le beau gosse de l'histoire
Coucou, c’est moi le beau gosse.
  • R : Comment progresse-t-on dans le jeu ? Doit on réaliser des quêtes, des missions ?
  • M-E-L : Oui, il y a d’abord la quête principale : Lulua reçoit un livre d’Alchimie (qui lui tombe littéralement dessus) elle seule peut le lire. Lorsqu’elle le prend, il émet une lumière et des informations concernant l’alchimie apparaissent. elle devra le déchiffrer en explorant le monde d’Arland, elle doit percer le grand secret de ce livre. Mais les mystères ne l’intéressent pas, tout ce qui lui importe, c’est de pouvoir étudier l’alchimie afin de devenir une grande comme Rorona (sa mère).  Il faut aussi noter qu’elle découvre une lettre de la république d’Arland les avertissant d’une future fin d’exploitation de leur atelier d’alchimie… Panique à bord ! Il faut faire quelque-chose. Il faudra donc parcourir ce monde par zone. L’explorer entièrement, récolter les différentes ressources alchimiques et combattre des monstres ce qui débloquera alors d’autres zones.

 

  • R : Vous parlez d’alchimie, comment cela se passe, concrètement, dans le jeu ?
  • M-E-L : Dans ce jeu il va falloir tout créer. Grace à l’atelier d’alchimie vous devrez créer bombes, objets de soin, armes, armures et accessoires. Les différentes recettes s’obtiennent en achetant des livres ou relevant des défis. Une fois les recettes acquises il suffit de mettre les ingrédients dans le « chaudron magique » et hop ! On prend beaucoup de plaisir à récolter des ingrédients, à revenir à l’atelier et à tout assembler. On prend aussi beaucoup de plaisir à utiliser ses créations en combat. De plus on peut adjoindre des effets supplémentaires aux objets de telle sorte qu’en les utilisant vous aurez un « double effet kiss cool » par exemple dommages de foudre et… boum, dommages de feu supplémentaires.

lalchimie

  • R : Vous semblez avoir pris beaucoup de plaisir sur ce jeu, au point de me confisquer la manette. Votre avis sera donc très précieux pour les lecteurs. A qui recommanderiez vous ce jeux ?
  • M-E-L : Je recommande ce jeu à tous les passionnés de RPG et à ceux qui n’ont pas de soucis avec la langue de SHAKESPEARE. Les passionnés d’actions directes, passez votre chemin. Ici il faudra de la patience, de la pertinence et de la persévérance. Les premières heures de jeu sont laborieuses. Mais une fois qu’on a acquis suffisamment de « LEVEL »   on ne peut plus s’en passer.
  • R : Puis-je vous demander « ma chère épouse » un « j’aime, j’aime pas » pour les fans de notre groupe et nos lecteurs ?
  • M-E-L : Oui bien sûr.
Sterk
Il y a quand même des mecs, rassurez vous 🙂

Alors ma tendre moitié a aimé ceci :

  • Des graphismes sublimes
  • Une bande son magnifique (c’est calme)
  • Des quêtes à profusion
  • L’envie profonde de découvrir la saga
  • Un Dragon Quest « like »
  • Le tour par tour, des combats très stratégiques
  • FIX le prestidigitateur
  • L’alchimie

Ma chérie n’a pas aimé cela :

  • Un scénario trop dirigé, trop rigide.
  • Des maps trop petites (absence de monde ouvert)
  • Des dragons un peu trop répétitifs.

Voilà pour le test chers lecteurs. Moi qui suis MEGA FAN de Dragon Quest je me suis vu privé de manette de jeu. Est-ce une victoire pour ce jeu ? Je pense que oui. Ramener mon épouse à un jeu vidéo… (l’exploit de l’année). A l’heure où j’écris ces quelques lignes, je n’ai toujours pas le droit de jouer. J’ai demandé à mon épouse de noter le jeu en pouces, comme j’ai l’habitude de le faire. La réponse a été cinglante : « mes pouces sont munis de griffes, ne m’embêtent pas quand je joue ». Je vous laisserai donc vous faire votre propre opinion. Je vais prendre un risque en notant 7 pouces sur 10. Si demain elle lit l’article, et si ma note ne lui plait pas, je lègue toute ma collection à JO et qu’on répande mes cendres sur une PlayStation.

Je vous laisse sur cette très belle vidéo d’un combat tour par tour magnifique :

«PS5: Le Kit de Développement a fuité» «TEST Ace Attorney Trilogy» «Kit Presse SONY PlayStation 1997» «PS5 Rétrocompatible PS1 a PS4?» «Une PlayStation 5 PRO en approche?» « Manette PS4 a 14000…$? » « PS5: un avenir proche? » « PS5: Petit résumé des Infos » « Nos coups de cœur…? »

Les Promotions et bons plans Jeux Vidéo Amazon: ICI

N’hésitez pas à nous suivre ICI pour connaitre toutes nouveautés et rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour partager votre passion

Facebook

Instagram

Twitter

Youtube

SOUTENIR LE SITE AVEC UN DONS: ICI

Fan-Club-PlayStation-BAS

Publicités

Un commentaire sur “Atelier Lulua : The Scion of Arlan [TEST]

Ajouter un commentaire

  1. Il a l’air sympa ce jeu, même si apparemment y’a pas de grosse innovation comparé à ce qu’il se fait déjà

    Par contre c’est pas pour moi, diriger un groupe d’ado’ c’est pas trop ma tasse de thé 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :