[TEST] Giraffe et Annika. Tour d’un petit rêve.

La scène des jeux indés regorg de petites surprises rafraîchissantes. Giraffe et Annika en est une.

Développé par le studio Atelier Mimina qui est composé d’une seule personne, on a là un petit jeu d’action, et d’aventure sans l’ombre d’un seul combat. Pas de violence, pas de sang, que de la poésie et des jours heureux.

Nominé par tout de même 5 récompenses dans la catégorie des jeux indés par de célèbres entités du jeux video tel que Dengenki, Famitsu et même Playstation Indies, Giraffe et Annika propose une aventure sans pression, sans mort imminente, sans monde qui va exploser ou de gros vilains qui veulent tuer tout le monde.

Le jeu n’était pas disponible en français, il vous faudra donc connaître l’anglais pour en apprécier l’histoire. Disponible depuis 28 août.

Tout commence par le reveil d’Annika après un rêve étrange, malheureusement elle est amnésique. Cette fille aux oreilles et à la queue de chat se verra confier une mission simple d’après son ami Giraffe dont elle ne se souvient pas.
Au fil des donjons, elle retrouvera la mémoire et se lèvera enfin, le mystère sur elle et cette île particulière.

Giraffe and Annika_20200904193801

De l’exploration en somme, des donjons, de l’aventure et des moments légers.

Giraffe and Annika_20200904193144

Dans ce jeu, la violence n’est absolument pas présente, lors des donjons il vous faudra juste esquiver les fantômes mais quant au boss du donjon, la on a le droit à une petite chose inattendue.

Le « combat » se passe sous forme d’un jeu de rythme. Il faut se déplacer et appuyer sur la bonne touche au moment où la « balle magique » touche le repère au sol, le tout sur le rythme de la musique. À la fin est délivré une note selon votre performance.

Giraffe and Annika_20200904193019

Coté cinématique, on note aussi une petite différence peu présente dans les autres titres. Celle-ci se passe sous la forme d’une BD dont le dialogue s’écrit dans les bulles au fur et à mesure ainsi que les bruitages. Rare et courtes seront les cinématiques 3D.

Pour ce test, j’ai été chanceux de recevoir l’edition Musical Mayhem que je détaillerais à la fin. Je pars tout de suite du principe qu’on a là un jeu indé et non une grosse ou moyenne licence mais surtout du fait qu’il a été réalisé ( hors mis les musiques ) par une seule personne, ce qui est tout de même un exploit.

Une fois la partie lancée, je suis agréablement surpris par ce format de cinématique, c’est simple à lire et c’est une bonne alternative aux animations 3D qui sont plus compliqués à réaliser et dont le rendu laisserait un goût désagréable. Un bon point pour commencer.

Giraffe and Annika_20200904191012

Tout de suite j’explore rapidement le monde dans lequel je vais passer mes prochaines heures.
La réalisation est simple, mais elle reste appréciable et colorée.
L’interface est réduite au plus simple possible avec juste une barre de vie, l’icone pour l’inventaire et un objet à équiper.
L’interface de l’inventaire quant à elle aussi, est réduite au plus simple, des emplacement d’objets définis que vous trouverez au fil de l’aventure.
Il est possible de ramasser des fruits et legumes, de les stocker dans l’inventaire et de les garder pour recharger sa vie au cas où.

Après avoir tourner en rond, on attaque la première énigme qui est simple. Oui comme tout le long du jeu, les énigmes si on peut les appeler comme ça, sont très facile. Pas de prise de tête pour les réaliser, pas assez même…
Retenez cependant qu’un chat ça n’aime pas l’eau, et la barre de vie de cette pauvre Annika baissera si vous faites de la natation, bien que cela deviendra une obligation à certains moment.

Le jeu a un système de jour / nuit, qui influe sur la présence des personnages. Certains n’apparaissent que la nuit, d’autre le jour. Les heures passent très vites, mais si vous êtes pressés, des lits sont cachés un peu partout sur l’île pour permettre d’avancer le temps.

Giraffe and Annika_20200904191922

Vient le premier donjon qui est juste une route, pas vraiment d’exploration, juste suivre un chemin avec quelques parties délicates et des fantômes que vous devez esquiver.

Arrivé rapidement au premier boss, je suis surpris par cet écran d’explication, une sorte de petit tuto qui explique le fonctionnement du combat ainsi que la possibilité de choisir parmi 3 difficultés.

Etant un grand amateur des jeux de rythmes, je fini ce premier boss sans aucune difficulté. Avec une certaine satisfaction de ce système ( et de ma note ), enfin quelque chose d’original.

Giraffe and Annika_20200906000201

Puis s’enchaînent les quêtes, la récupération d’objets ( des dessins de chat en l’occurrence ) ainsi que des feuilles mystérieuses pour débloquer un secret. Ces dessins de chats seront à déposer dans un « musée » qui vous donnera une récompense après un certain nombre de dessins apporté.
Un peu trop facile malheureusement, beaucoup des coffres qui contiennent ces dessins sont indiqués par un symbole au sol. La route est toute tracé, c’est pratiquement impossible de se perdre.

Puis arrive déjà la fin. C’est tout ? Eh oui, en finissant à 100% ( Je ne parle pas des trophés ) avec tout les objets, prenant le temps de flâner un peu partout, d’explorer, de mourir bêtement… le jeu ne m’aura pris que 5h et 44 minutes. Je comprend mieux quand je vois qu’un trophé se gagne si le jeu est fini en moins de 4h30.

D’abord de la déception puis de la compréhension lorsque j’apprend que ce jeu a été réalisé par une seule personne.

Giraffe and Annika_20200906005936

Pour résumé, on a là un jeu de détente mignon, une petite aventure fraîche et légère dans une ambiance innocente et colorée. Visuellement il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’incroyable qui exploite la PS4 à fond, on est sur un jeu indé qui a malgré tout le mérite d’être plutôt bien réalisé sur bien des points.

Facile, voire trop facile, ça manque de challenge, peut-être les boss en difficulté maximum ? Mais même là, pour un habitué des jeux de rythme ça sera du gâteau.
Les quelques passages délicats de la fin ne seront pas suffisant et les pierres pour se soigner sont absolument partout, tout comme la nourriture.

Pour ce qui est de la durée de vie du jeu c’est très court, j’aurais aimer un peu plus de cette aventure.

Quant à la musique c’est plutôt jolie et vraiment adapté à l’environnement, elle change selon l’heure de la journée ou la place. Et pour finir l’histoire, une belle histoire réussite et simple, sans prise de tête et sans revirement à tout va. Conviendra surtout aux personnes à la recherche de calme et de simplicité.

Bonus

Comme j’ai dit plus haut, j’ai obtenu la version Musical Mayhem. Cette édition inclue quelques petits bonus :

DSC_1371

  • Artbook, qui reprend des images du jeu, croquis, ainsi que l’intro en BD
  • L’OST avec 16 titres qui inclus les musiques de boss
  • 3 patchs à coudre
  • Et une belle boite cartonné avec un fourreau

DSC_1372

Le jeu comporte aussi une jaquette réversible qui est pour ma part une des premières choses que j’ai fais.


«PS5 Les Consoles Dévoilées» «Horizon Forbidden West»
«Resident Evil 8» «Kit Presse SONY PlayStation 1997» «Ratchet £ Clank PS5» «Abe Joue Son Destin Sur Playstation 5» « Manette PS4 a 14000…$? » « PS5 : Les Studios en parlent… » « Nos coups de cœur…? » «2020 l’année de l’indé sur PS4»

N’hésitez pas à nous suivre ICI pour connaitre toutes nouveautés et rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour partager votre passion

Facebook

Instagram

Twitter

Youtube

👇 SOUTENEZ LE FAN CLUB PLAYSTATION 👇

👇 Soutenez Le Fan Club PlayStation 👇

fan-club-playstation-bas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s