Final Fantasy VII Remake : Bienvenue à Midgar.

Présenté à l’E3 2015, 5 ans de travail sur ce remake, que penser du travail de Square Enix.

Avant de commencer ce test, on va revenir un peu en arrière sur le titre qui est d’abord sorti sur la Playstation 1, c’est le premier Final Fantasy à sortir sur la console de Sony, on est en novembre 1997, pour beaucoup de personnes, c’est le premier GRAND jeux de rôle qu’on joue sur une console.

Même encore aujourd’hui, le jeu reste une référence, on ne pourra pas oublier la 3D avec des personnages rendus en temps réel et des arrière-plans pré-calculés, ainsi que par l’apparition de cinématiques d’une qualité inégalée à l’époque. Il reste la deuxième meilleures ventes sur la PS1 , avec ses 9.72 millions d’exemplaires vendus dans le monde, et que grâce à lui, l’occident sait ouvert plus vite vers le J-Rpg.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sans oublier, l’épisode PSP : Final Fantasy 7 Crisis Core, ainsi que le film : Final Fantasy 7 Advent Children, mais cela est une autre histoire, malgré qu’ils ont aidés à construire la légende de Final Fantasy 7.

Le remake reprend donc fidèlement le scénario de l’original, mais gagne en profondeur grâce à une mise en scène plus travaillée. Les échanges entre les personnages sont plus longs, plus vivants puis qu’ils sont désormais portés par des doubleurs. Dorénavant, tous les personnages parlent et s’interpellent, même durant les phases de combat. A ce sujet, on se serait bien volontiers passé des commentaires très répétitifs des personnages.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200410191710

Au niveau scénaristique parlant, Final Fantasy 7 Remake livre une histoire plus profonde, plus humaine et plus attachante. Les personnages sont évidemment plus travaillés. Leur prise de parole ne se limite pas toujours à progresser dans l’histoire, parfois elle sert juste à développer leur rôle et leur relation. On se laisse porter par l’histoire du jeu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ce remake, les développeurs ont fait une croix sur le “tour par tour”, la base des combats des premiers Final Fantasy. Désormais, les combats se font en temps réel, sans aucune transition. Les ennemis sont visibles sur la carte, il suffit de les approcher pour que le combat s’engage. Mais ce changement de gameplay ne fait pas totalement une impasse sur la partie stratégie des affrontements au sein de FF7 puisque les joueurs doivent jongler avec plusieurs éléments pour terrasser leurs ennemis.

Le nouveau mode de combat mélange en effet action et stratégie puisque le système de barre ATB (Active Time Battle) est toujours de la partie. Le joueur pourra réaliser des attaques physiques et pourra utiliser l’une ou l’autre attaque spéciale ou magique, voire utiliser des objets comme des potions, antidotes ou Queue de Phénix pour faire revivre un héros. Cela exige une certaine concentration et stratégie de la part du joueur, surtout lorsqu’il ne lui reste plus qu’un seul personnage en vie.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200414123203

Les transcendances sont toujours d’actualité et sont toujours autant grisantes. Au fur et à mesure des combats, une barre de transe se remplit jusqu’à ce que la force de notre personnage décuple. Il est alors possible de lancer des attaques très puissantes. Le joueur pourra également faire appel aux invocations, autre pierre angulaire des Final Fantasy. Invoquer ces monstres magiques surpuissants qui se battront à vos côtés est toujours aussi jouissif.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On notera également une barre chez les ennemis qui se remplit au fur et à mesure des attaques. Au bout d’un moment, ils passent en état de « choc » ou de fragilité. Des états qui les rendent particulièrement fragiles aux attaques et qui laissent les joueurs multiplier les attaques pour faire le plus de dégâts possible.

S’il flirte avec l’action-aventure, Final Fantasy 7 Remake n’en reste pas moins un J-RPG avec ses systèmes de niveau à monter. Pour améliorer les attaques de ses héros, le joueur devra équiper diverses pièces d’armure – seulement trois catégories (arme, armure, accessoire) -, incruster des matérias et, petite nouveauté, améliorer les armes via les points d’aptitudes.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200414172558

L’amélioration des armes se fait via un espace onirique très joli. Au fur et à mesure que les personnages augmentent, les améliorations des armes se multiplient. Pouvoir offrir des avantages à ses héros, c’est bien, mais on aurait préféré que ce système offre davantage de complexité. Ici, il est simplement question d’activer des bonus ça et là, qui, d’ailleurs, sont assez équivalents pour tous les personnages.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200414172615

Autre point négatif à ce propos : les matérias. Il n’est plus question ici de trouver l’association ultime de matérias pour rendre les armes surpuissantes. Ces gemmes de pouvoir ou de bonus ont perdu de leurs complexité, bien qu’elles restent tout de même très intéressantes pour les combats. Le jeu perd un peu de sa complexité.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200414172546

Si le scénario a tendance à nous pousser d’un point A à un point B, il nous laisse tout de même un peu de liberté, notamment dans les bidonvilles. On se retrouve ainsi à voyager dans les allées de ces villes-taudis à la recherche de vendeurs d’armes et de potion, mais aussi de quêtes annexes. Globalement, on peut le dire, FF VII Remake reste toutefois un jeu très dirigiste dans lequel il sera difficile de se perdre.

En effet, ce Final Fantasy 7 Remake qui ne reprend que le premier CD de l’original est bien plus long que son prédécesseur, et ce, en partie grâce aux quêtes annexes. Celles-ci profitent également d’une mise en scène plus poussée et offrent la possibilité aux joueurs d’explorer quelque peu les villages. Mais ne rêvez pas, le remake est tout aussi linéaire que l’original, et ce, même si le cadre est plus travaillé. Que ça soit à Midgar ou dans les bidonvilles, les PNJ vivent leur petite vie tranquille.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200411111343

Dans la pratique, cela signifie toutefois aussi qu’il faudra être patient pour découvrir la suite de l’aventure, les deux seconds tiers du jeu originel. Au final, on perd donc quand même une grosse partie du contenu et l’addition risque d’être particulièrement salée pour les joueurs. Reste que ce premier chapitre n’en est pas moins très agréable à parcourir de bout en bout.

les cinématiques sont époustouflantes. On reste bouché bée face à des images d’une qualité et d’une beauté incroyables. Le constat est le même en dehors, la direction artistique steampunk du jeu est impressionnante et très riche en détails.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200414124558

Si à certains moments, les décors peuvent paraître très dépouillés, notamment en intérieur, le jeu se montre beaucoup plus inspirés en extérieur. Chaque secteur dispose de sa propre personnalité, bien qu’il s’agisse de bidonvilles. Le secteur 6 se démarque largement, comme dans l’original. Lieu de débauche par excellence, on y retrouve autant de bars, de restaurants, d’arènes et de magasins en tous genres. Les décors y sont très riches et diversifiés, notamment le palais de Don Cornéo à l’architecture japonaise. Les écriteaux lumineux offrent une ambiance particulière au bidonville.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200414161345

Globalement, tout fonctionne parfaitement. On notera quelques soucis de caméras et quelques soucis de transition sombre – obscure, mais c’est tout et c’est vraiment pour chercher la petite bête. Les plus pessimistes diront peut-être que FFVII incarne la face sombre de la franchise. Il est vrai que le jeu n’est pas très coloré mais il s’agit ici d’une question de goûts.

FINAL FANTASY VII REMAKE_20200411124152

Le doublage fait son apparition dans ce Final Fantasy 7. Les personnages disposent chacun de leur propre voix dans toutes les langues. Cela permet véritablement d’apporter de la profondeur aux personnages, mais aussi de développer leur personnalité. Ils entrent plus facilement en interaction les uns avec les autres, renforçant leur relation. À mesure qu’on apprend à les connaitre, on s’attache davantage à Barrett, Tifa et Aerith. Pour ce qui est de Cloud, c’est autre chose, mais c’est sans doute lié à sa traduction française.

Parce que, oui, Final Fantasy 7 Remake s’offre une traduction francophone, un fait rare pour un J-RPG. D’ailleurs, on a été agréablement surpris de voir que la traduction française était aussi fleurie en gros mots, mais aussi en argot (clamser par exemple), offrant des interactions très réalistes.

Mais il semblerait que la traduction française porte préjudice au personnage de Cloud. Son doublage n’est pas à la hauteur de celui des autres. Il est beaucoup plus terne et insipide, et ce, en dehors de son rôle d’homme tourmenté par un lourd passé. Pourtant, comme pour Séphiroth, on retrouve Tanguy Goasdoué, qui avait déjà doublé le personnage dans le film Final Fantasy VII : Advent Children. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici, la personnalité de Cloud semble ambiguë, mais pas de la bonne manière. S’il est complexer à cause de son passé d’ancien SOLDAT, il n’en reste pas moins maniable au final et assez faible d’esprit. Il se laisse facilement convaincre par ses camarades, alors qu’initialement, il affichait un non catégorique. Je suis franchement déçu par le personnage.

À moins que ça ne soit les autres personnages qui soient trop exubérants ? Dans tous les cas, quelque chose ne colle pas, et on aura tendance à dire que le problème se pose plutôt du côté de Cloud.

Pour en revenir à l’aspect sonore du jeu, Final Fantasy 7 Remake nous livre une ambiance musicale magistrale. Il faut dire que les musiques sont une part importante des Final Fantasy. Les développeurs ont d’ailleurs repris en grande partie les œuvres de l’original et les ont modernisées. Le résultat est plaisant.

Le jeu est disponible en physique : Standard et Deluxe  ou en version dématérialiser sur le Playstation Store.   

 

Alors, l’ami gamer, tu as aimé le test? Tu as joué toi aussi? quel est ton avis? hésite pas à le dire…

 

«PS5: DualSense révélation» «Resident Evil 3, un peu de Nemesis , s’il vous plait!!!» «TEST Outward» «Kit Presse SONY PlayStation 1997» «The Road To PS5» «nouveau mode multi joueurs» « Manette PS4 a 14000…$? » « PS5 : Les Studios en parlent… » « Nos coups de cœur…? » «2020 l’année de l’indé sur PS4»

PlayStation

N’hésitez pas à nous suivre ICI pour connaitre toutes nouveautés et rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour partager votre passion

Facebook

Instagram

Twitter

Youtube

👇 SOUTENEZ LE FAN CLUB PLAYSTATION 👇

👇 Soutenez Le Fan Club PlayStation 👇

fan-club-playstation-bas

1 réponse

  1. Sympa à lire. J’ai acheté le jeu et je l’adore, moi qui n’était pas du tout fan de l’original, celui-ci m’a fait vraiment kiffer le jeu (je préfère le 8, type-0, 5, 6 et 9 dans mon top 5 :p )

    Bref, un vrai bonheur. Je suis en difficile chapitre 14 actuellement, sûr et certains, je le platinerai aussi celui-là !
    Je le recommande ! 🤘

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s